S’installer en Chine : les bons conseils pour un hiver sans surprises

Publié le par Enora

Un départ en Chine ça se prépare, mais on ne peut pas penser à tout non plus ! J’ai emménagé dans ce vaste empire fin octobre. Mes valises étaient remplies d’habits, de livres, sacs, tampons et j’en passe. L’installation s’est faite au poil ! Appartement parfait, temps ensoleillé (pfiou, ça fait du bien d’avoir plus de 20% de beau temps)…
Je m’étais préparée à l’hiver qui arrivait, persuadée dans ma petite tête de française qu’il allait débarquer fin novembre. Que nenni ! C’est en janvier que le froid s’est réellement installé. Fin décembre le thermomètre affichait encore une moyenne de 10 à 15°.
Mais mes amis, le chauffage en Chine, c’est toute une histoire ! Laissez-moi donc l’infime honneur de vous la conter.

Chaque année, dès l’apparition des premiers jours de froid, les frileux attendent de pied ferme la grande mise en route du chauffage central. Pourquoi ? Eh bien tout simplement parce qu’une réglementation a été instaurée voilà maintenant plus de cinquante ans, aux tout débuts de la République Populaire de Chine :
De chauffage tu n’auras pas avant le 15 novembre,
De chauffage tu n’auras pas après le 15 mars,
[sppd skhflq spffsssst bli hdlqudqieh dls] hao de !
...sauf pour les 3 provinces les plus au nord qui auront un mois de plus en octobre.
Mais c’est pas fini…
De chauffage tu n’auras pas si habitation tu as pris au sud du Yangtsé (fleuve jaune bleu, merci Gwen)
Nous y voilà. Climatologues, scientifiques et autres experts chinois se sont tous penchés sur la question il y a 50 ans. Après avoir effectué des calculs savants sur la moyenne des températures, ils ont décidé que seules les habitations au nord du Fleuve Jaune bleu seraient chauffées.

Petit rappel sur le Fleuve Jaune  mais non, bleu j'ai dit: il parcourt 6 300 km d’ouest en est avant de rejoindre la mer de Chine orientale, au nord de Shanghai. Il serpente à travers les provinces du Qinghai, du Yunnan, du Sichuan, du Hubei, du Hunan, du Jiangxi, de l'Anhui et du Jiangsu et traverse les immenses agglomérations de Chongqing, Nankin et Shanghai.

Le pays est donc divisé sur la question du chauffage. Comme tout système, il a ses défauts et pas les moindres. En raison de la non-existence d’isolation dans les constructions chinoises, la perte de chaleur est immédiate. On peut dire qu’on chauffe réellement les courants d’air ! La facture énergétique atteint donc des sommets étant donné que le nord du pays se retrouve surchauffé pour pallier ce problème de perte de chaleur. Je l’ai vu de mes yeux : les gens ouvrent leurs fenêtres à Pékin lorsqu’ils ne souhaitent pas être habillés d’un simple bikini le soir chez eux, alors que nous autres, à Shanghai, on caiiille !!!

Résultats des courses, au sud, on adopte le système D. Les appartements sont équipés de clim plus que gourmandes en électricité. Les modèles économiques ne sont pas forcément légion dans les habitations…

Chez moi, la clim du salon n’est qu’une clim de niveau « D » en matière d’économie, à bas régime elle pompe déjà 5 000 Watts et pour avoir un semblant de chaleur il faut la pousser à fond, càd à 9 000 Watts ! Les radiateurs d’appoints se vendent comme des petits pains, mais ils mangent tout de même 2 000 Watts, ce qui ne réduit pas notre facture d’électricité. Donc, on ne chauffe que quand on utilise les pièces et 5 minutes après arrêt du chauffage, c’est comme si l’appartement avait été inhabité depuis des années.

Cela dit, le gouvernement chinois a décidé de prendre le taureau par les cornes et travaille sur la question énergétique depuis maintenant 4 ans ; température maximum imposée, privatisation du chauffage dans certaines villes ou dans certains immeubles, responsabilisation citoyenne...

En attendant, l’hiver 2007 – 2008 aura été l’hiver le plus froid depuis 50 ans. A Shanghai, alors que les températures ne descendent que rarement sous les 0°, la ville s’est vue revêtir d’un beau manteau blanc qui lui tenait au corps grâce aux -7° qui le conservait parfaitement.

CIMG3281.JPG

Je ne pouvais prévoir tout cela en débarquant là-bas. A mon passage en France, j’ai donc commandé ces mitaines moufle chauffantes indispensables au confort du travail à la maison ! Par un ingénieux système électrique alimenté par un cable USB, ces mitaines chauffent pour garder vos mimines à bonne température. Mes mains ne se paralyseront plus à tapoter sur mon petit clavier pour vous envoyer des nouvelles fraîches comme celle-là !

Publié dans Le Jeu de l'Expat

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gwen 13/02/2008 11:00

Euh, juste une petite précision, le nôtre, de fleuve, il s'appelle "le fleuve bleu", pas le jaune. Le jaune c'est celui qui s'écoule bien plus au nord et sur lequel est construit le barrage des trois gorges. Yang Tsé = fleuve bleu. Huang he = fleuve jeune (Huang, Choupie, ça te rappelle pas tes cours de chinois???).
:-)

Enora 12/02/2008 10:24

Méeuuu ! Les gants mitaines chauffants, c'était vraiment pour illustrer... Maintenant, de toutes les façons, quoi que je fasse, je suis foutue, ça sera obligatoirement catégorisé Miss Cadeaux !
Parce que je le vaux bien ;)

Jeanfi 12/02/2008 09:55

Arf, toujours la petite touche Miss Cadeaux à la fin !

Sinon, t'en fais pas pour les gaspillages d'énergie, tu rejettes plus de CO2 avec tes allers-retours en avions ! :-b